Attention danger pour votre chien

Les médicaments

Dans bien des cas, remarque le Dr Michel Pepin, ce sont les substances en vente libre, comme l’acide acétylsalicylique (aspirine), l’ibuprofène et l’acétaminophène, qui sont les plus nocives. Ainsi, un seul comprimé de Tylenol ou de Tempra de 500 mg suffit à tuer un chat de quatre kilos. À l’instar des analgésiques et des anti-inflammatoires, les médicaments contre le rhume, les médicaments amaigrissants et la vitamine D, notamment, sont potentiellement mortels pour les animaux. Idem pour le shampoing, les crèmes solaires, le dissolvant pour vernis à ongles et d’autres produits de soins corporels. 

Il ne faut pas oublier que tout produit appliquer sur votre animal sera absorbé par la sang.

 

La nourriture

Plusieurs aliments courants sont à surveiller de près, dont le chocolat, le café, le thé, les avocats et les raisins (frais ou secs), ainsi que les oignons, les échalotes et l’ail (crus, cuits ou déshydratés). Attention aussi aux boissons alcoolisées, aux pâtes, aux noix, les fruits de mers… et à la gomme à mâcher, surtout sans sucre, car elle contient souvent du xylitol (l’ingestion de cette molécule peut provoquer de l’hypoglycémie, voire des troubles hépatiques, le coma et la mort).

Soyez particulièrement vigilant avec le chocolat noir, car il contient un alcaloïde, la théobromine, hautement toxique pour les animaux. Une tablette de chocolat standard de 150 g peut tuer un chien de 10 kilos. Pour un chien ou un chat de cinq kilos, la dose mortelle est de 75 g, mais les premiers symptômes d’intoxication apparaissent à des doses deux à trois fois plus faibles; si vous aimez le chocolat amer à plus de 70 % de cacao, il suffit de quelques carrés pour l’empoisonner. Enfin, ne donnez pas de restes de volaille ou de poisson à votre animal sans vous être au préalable assuré qu’il ne risque pas de s’étouffer avec de petits os ou des arêtes. Ne lui donnez jamais d’aliments avariés.

 

Les produits anti-parasitaires

Certaines des matières actives présentes dans les produits antipuces et anti tiques seraient à l’origine de ces effets indésirables, en particulier la perméthrine.

Dans un rapport publié en 2000, l’organisme américain Natural Resources Defense Council pointait également d’autres substances potentiellement nocives pour les animaux domestiques présentes dans de nombreux produits contre les tiques et les puces, comme les organophosphorés et les carbamates.

C’est la multiplication du nombre de cas d’animaux intoxiqués qui a poussé les deux agences de santé publique à agir. Au cours des cinq dernières années, plus de 1600 chiens et chats sont morts aux États-Unis après avoir reçu un traitement contre les puces ou les tiques, affirme l’EPA.

De son côté, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada a recensé 453 incidents concernant des produits antipuces et anti tiques appliqués par traitement localisé sur des animaux de compagnie entre avril 2007 et mai 2009.

Selon Santé Canada, les effets indésirables signalés varient de bénins (irritation cutanée) à plus graves, comme des crises épileptiques, voire la mort dans certains cas. Les symptômes les plus courants sont l’apparition de problèmes cutanés, neuromusculaires (tremblements) ou gastro-intestinaux (vomissements). Par Rémi Maillard